lundi 21 mai 2018

Mon papa - Andrée Poulin




Titres: Mon papa ne pue pas
           Mon papa ne pleure pas
Auteure: Andrée Poulin 
Illustrateur: Jean Morin
Éditeur: Isatis
Genre: Album 3 ans + 
Parution: Avril 2018







Le concept de ce livre a attiré l'attention de mes enfants, dès la réception: il a sa petite touche d'originalité. Un livre, 2 histoires, une de chaque côté, quelle belle idée! Voici un autre de ces albums qui m'ont mis la larme à l’œil grâce à la sensibilité des personnages. Les liens familiaux (père-fille et père-fils) nous touchent droit au cœur. Mon papa ne pleure pas aide à renverser un certain stéréotype.

Xavier, le petit garçon, a quelque chose qui le turlupine et cela le fait pleurer. Son papa lui demande d'arrêter, car "Un homme, ça ne pleure pas". Usant de persévérance, Xavier essaye, par différents moyens, de faire verser une larme à son papa (de tristesse, de colère, de joie). Il pense même aux fameux oignons tant détestés pour l'irritation qu'ils causent, mais rien ne fonctionne. 

La fin me laisse un peu perplexe. Je comprends le message, mais j'aurais aimé qu'il soit plus clair et davantage exploré. Que l'enfant en vienne à la conclusion que les garçons ont le droit de pleurer peu importe la raison, peu importe l'émotion. De ce fait, j'ai beaucoup aimé la courte apparition de Marion, la voisine, car elle normalise cette émotion, parfois mal vue, et, plus encore, elle amène le fait que la laisser sortir lui fait du bien. Pleurer c'est bien naturel, autant chez les filles que chez les garçons et.... même chez les hommes. 




En tournant le livre, comme pour aller regarder la quatrième de couverture, on découvre la deuxième histoire: Mon papa ne pue pas. Lors d'une journée de classe, les élèves sont invités à divulguer le travail de leur papa. Lorsque Margot annonce fièrement le métier de son père qui est éboueur, certains camarades éclatent de rire et disent de mauvais commentaires. 

La professeure est définitivement mon personnage préféré de ces deux histoires. Premièrement, parce qu'elle vient au secours de la petite Margot, mais aussi parce qu'elle démontre simplement et efficacement l'importance du travail de son papa. Tous les emplois ont des raisons d'être et il n'y a pas de sous métiers. La tournure de cette histoire est étonnante. Les préjugés sont trop souvent non fondés et cela apporte beaucoup d'essayer de comprendre et de connaître les choses avant de parler au travers de notre chapeau. Dans cette histoire, le papa de Margot a une merveilleuse idée qui enchante tous les élèves de sa classe. Son activité invite les jeunes à récupérer les objets et démontre que cela peut être super amusant. De plus, le lien qui unit Margot et son père est fort, unique et touchant. En conclusion: il en faut davantage de livres comme celui-là. 




De la même auteure:
Ce n'est pas comme ça qu'on joue au hockey: X

Du même illustrateur: 
Escapades virtuelles - T1: X
Escapades virtuelles - T2: X
La bande des balafrés - T1: X
La bande des balafrés - T2: X
Les roux (T1 à T3): X


Merci aux Éditions de l'Isatis
pour cet album fascinant 



  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire