vendredi 7 octobre 2016

Le cornichonnet gaffeur - Dominique Demers


Série : Le Zloukch
Titre : Le cornichonnet gaffeur 
Auteure : Dominique Demers 
Illustratrice : Fanny 
Éditeur : Les 400 coups 
Genre : Album 2 ans + 
Publication : Août 2010








J'ai loué ce livre à la bibliothèque pour fiston qui adore les histoires de Zachary et de son Zloukch. Je ne m'attendais pas à le chroniquer, mais comme j'ai bien aimé cette aventure, ainsi que la morale, j'ai décidé de vous en faire part. 

Tout d'abord, mais qu'est-ce que ça mange en hiver un Zloukch ? Au premier coup d’œil, le Zloukch est un petit être mignon. Il est orange et tacheté, il possède trois oreilles avec lesquelles il applaudit, et un talent hors pair pour le dessin. Ce dernier est sorti tout droit de l'imagination de Zachary et ses formes toutes rondes le rendent tellement attachant. Le Zloukch est toujours là pour aider Zachary et lui remonter le moral en tant que meilleur ami. Et par-dessus tout, il le fait de façon bien originale : il l'amène voyager à travers les paysages qu'il dessine. 

Dans cette aventure Zachary se retrouve mort de honte : il perd son pantalon lors d'une pièce de théâtre. Triste et fâché, il court se cacher. Le Zloukch, en le faisant voyager au pays des cornichonnets, lui apprendra que cette attitude ne sert à rien. Un accident semblable au sien arrive, et Zachary prendra exemple sur le cornichonnet gaffeur qui affiche un grand courage, car au lieu de s'enfuir la tête basse, il décide de retenter sa chance. Et voilà que le cornichonnet récolte que du positif par la suite.

À la toute fin, Zachary écoute les conseils de son ami, il relève ses manches et s'arme de courage pour retourner sur la scène. Il nous démontre, avec une touche d'auto-dérision, que le résultat final en vaut la peine. C'est un album comique regorgeant de vie et plein de bon sens. Pour donner du courage aux enfants qui auraient parfois envie de baisser les bras au premier pépin.


De la même auteure:
C'est l'histoire d'un ours: X
La nouvelle maîtresse: X
Pilou, tous les soirs du monde: X


Aucun commentaire:

Publier un commentaire